La joie

I. Définition :

C’est un sentiment de plénitude qui affecte l’être tout entier. Cette vertu chrétienne est le fruit de la présence de l’Esprit Saint dans le cœur des croyants. Ce terme est repris bien souvent dans les Ecritures:
A l’Annonciation: l’ange dit «Réjouis-toi Marie» (Luc 1,28)
A Noël, l’ange dit aux bergers: «Je vous annonce une grande joie» (Luc2, 10).
Dieu qui est Amour est aussi Joie. L’Allelulia est une expression de joie et de louange adressée à Dieu

La charité a pour fruits la joie, la paix et la miséricorde ; elle exige la bienfaisance et la correction fraternelle ; elle est bienveillance ; elle suscite la réciprocité, demeure désintéressée et libérale ; elle est amitié et communion 

II. La joie du monde et la joie du chrétien

Mais comprenons bien de quoi il s’agit ? Nous ne parlons pas d’une joie qui soit une excitation extérieure (je suis trop contente car j’ai eu un super anniversaire on s’est bien amusé!) qui risque de disparaître dans les moments difficiles, mais d’une joie stable et profonde qui stimule la foi, développe l’ardeur, encourage l’action et dilate l’amour. Ce fruit de l’Esprit Saint est une joie qui est vraie et qui est appelée à devenir contagieuse.

Notre joie chrétienne est la joie d’une nouvelle naissance dans le Christ Jésus. Une nouvelle naissance qui nous ouvre le chemin vers le Père, une nouvelle naissance qui fait de nous des chercheurs de la Vérité, cette vérité qu’est le Christ Jésus lui-même.

Il y a une joie spécifique à être chrétien ; la joie est en nous le fruit de la Foi : être bougon est incompatible avec la présence de l’Esprit Saint, avec la foi.

III. Le chemin de la joie

Jésus nous donne le chemin pour obtenir cette joie du Ciel dés maintenant :

Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux
les doux, car ils recevront la terre en héritage.
Heureux
les affligés, car ils seront consolés.
Heureux
les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés.
Heureux
les miséricordieux (donner sans RIEN attendre en retour), car ils obtiendront miséricorde.
Heureux
les cœurs purs, car ils verront Dieu.
Heureux
les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux
les persécutés pour la justice, car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous
si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on vous calomnie de toutes manières à cause de moi, soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux

La vision du bonheur du Christ (à travers les béatitudes) nous apparaît souvent comme une épreuve ou une souffrance. Qui pourrait être heureux d’être pauvre, de pleurer, de lutter pour la justice, de faire miséricorde ? Nous expérimentons la distance entre d’un côté les choix de vie vécus par Jésus et ses disciples et, de l’autre, notre souhait, inscrit dans nos cœurs, de ne connaître ni la pauvreté, ni la persécution, ni la calomnie !

Il ne convient pas d’oublier que le ressuscité est le crucifié portant dans sa chair les stigmates de la Croix. La joie de la résurrection passe par la Croix.

Cette joie stable, c’est de savoir que toutes nos souffrances ont un sens, notre Salut et celui de ceux qu’on aime. Dieu ne peut pas nous tromper. Il faut avoir confiance en Dieu, c’est pour cela que la joie est un fruit de la Foi.